SPORT

L’actrice de Georges Pompidou et les parties fines : comment le futur president a reagi au scandale

L’actrice de Georges Pompidou et les parties fines : comment le futur president a reagi au scandale

Les presidents une Republique ont l’ensemble de fait l’objet de biographies. Mais aucune n’accorde vraiment d’attention a leurs epouses. Or, dans le contexte de Georges Pompidou, le couple fusionnel que celui-ci formait avec Claude, sa femme, empeche d’agir de la sorte. C’est du reste le parti pris de Henry Gidel dans le livre “Les Pompidou”. Extraits (1/2)

Henry Gidel

Henry Gidel a deja publie beaucoup de biographies, traduites en quatorze langues, dont celle de Feydeau (Flammarion), Cocteau (Flammarion), Coco Channel (Flammarion) ou bien Jackie Kennedy (Flammarion). Il a recu en 1991 le Grand Prix international de la critique litteraire Afin de chacune de le oeuvre.

Il en a assez, plus qu’assez, mais il lui faut continuer, et toujours avec le sourire. Neanmoins, le plus penible a ses yeux, ce ne semblent nullement les fatigues une campagne. C’est beaucoup autre chose… Pierre Mazeaud, magistrat mais egalement celebre alpiniste et vainqueur de l’Annapurna, se degote a ses cotes dans sa voiture, aussi que durant la course a l’Elysee, il parcourt nos Hauts-de- Seine.

Soudain, a sa grande surprise, il apercoit des larmes couler de l’ensemble de ses yeux. Alors le futur president une Republique lui saisissant le bras, lui dit : « Ah ! mon petit Mazeaud, c’est vraiment trop dur, trop dur ! » et y continue a sangloter. Alors que Mazeaud s’imaginait que le candidat faisait bien simplement allusion a toutes les fatigues en campagne, il va i?tre de suite detrompe : il apprend que des fonctionnaires des RG venaient de lui montrer d’odieux photomontages representant sa femme qu’il adorait dans des postures particulierement scabreuses.

Autre temoignage : a une telle epoque, dinant a Lille a l’hotel Royal, en tete a tete avec Maurice Schumann, il n’ouvre pas la bouche un seul instant, mais se leve continuellement, Afin de se rendre a J’ai cabine telephonique. Apri?s, un coup devenu President, tenant a s’exprimer aupres de lui, il lui revele, tres emu : « C’etait Au moment le plus triste ma vie. Si j’suis alle telephoner plusieurs fois de suite, c’est parce que ma femme etait au bord du suicide. » Elle venait d’avoir des lettres anonymes truffees d’insultes ordurieres. On mesurera le desarroi de Pompidou i  l’instant meme ou il avait tant besoin de sa volonte, lorsqu’on apprendra qu’il redigeait aussi un petit texte ou il evoquait J’ai force de l’amour reciproque qui le liait a son epouse. C’est la certainement qu’il puisait l’energie indispensable a le combat.

Voici ces lignes edifiantes tout recemment publiees : « Nous nous mariames. De votre jour nous n’avons cesse de nous aimer sans partage. Dans le monde parisien dont on sait votre qu’il est, j’ai dit un jour a une jeune femme charmante et qui se plaignait legerement : “Ne dramatisez gui?re. Je ne connais a Paris qu’un bon menage et c’est le mien.” Dans cette certitude, nous puisions l’un et l’autre une grande liberte d’allure exterieure, par pudeur d’etaler les sentiments. Mais le fond reste indestructible. C’est dire a quel point m’importe que son image ne puisse etre ternie. »

Manifestement votre post, date de l’automne 1968, a ete redige peu de moment apres qu’eclate l’affaire Markovic.

Tout y est evoque concernant la gravite de ce drame intime qui dechire nos Pompidou. Car si l’affaire Markovic est odieusement publique, la tragedie personnelle que vivent nos Pompidou, demeure a l’abri des regards. Les manifestations exterieures en seront rarissimes. Mais on devine, on conjecture, on deduit : quand Claude, par exemple, dit sans ambages aux journalistes sa profonde aversion pour le monde politique, on peut, sans risquer de se tromper, imaginer que i§a devra engendrer deux problemes dans un couple tel que le leur. Mais on ne sait guere De quelle fai§on ils des resolvent, voire s’ils parviennent a le Realiser.

Heureusement, il va i?tre des remedes susceptibles de faire plus supporter pareille situation : l”™occasion veut bien que nos epoux partagent quelque chose : en l’occurrence, c’est l’amour de un enfant, l’affection d’une famille ou regne une agreable entente, des amis communs choisis en dehors des milieux politiques, une tres vive passion Afin de nos lettres et des arts. Helas, la violence, le temps et l’inlassable repetition des attaques sont venues a bout de Claude, d’ou l’angoisse permanente de le mari : dans l’etat ou elle se voit, elle pourra d’un instant a l’autre passer a l’acte.

Mais quelle situation concernant le futur president de la Republique ! Que doit-il Realiser ? Que peut-il Realiser ? Renoncer a sa candidature ? Ce serait d’une certaine maniere reconnaitre le bien-fonde des rumeurs accusatrices. Il en est d’autant moins question qu’il pense etre determine dans son action non par une vulgaire ambition personnelle mais par un authentique destin. Cela reste certain qu’il n’est jamais absolument gui?re libre, qu’il n’a jamais le choix, que personne d’autre que lui en ce moment ne devra ni ne pourra remplir les fonctions presidentielles telles que les a voulues le general de Gaulle.

« Des 1962, confiera-t-il plus tard, oui, des mon arrivee a Matignon, j’ai su que je serais un jour president en Republique. » C’est Afin de lui un sort qu’il subit sans bonheur, d’ailleurs, etant donne qu’il ne repond pas a une sacree nature, tinychat celle d’un authentique epicurien. Et il sait beaucoup que Notre politique ne le rendra pas heureux…

Extraits du livre “Les Pompidou” de Henry Gidel publie aux Editions Flammarion

Lingua predefinita del sito

Author Lingua predefinita del sito

More posts by Lingua predefinita del sito